Spécial immobilier : en Île-de-France, le marché s’emballe

Comme c’est souvent le cas, la flambée des prix immobiliers parisiens gagne toute l’Île-de-France. « Cette progression se diffuse par cercles concentriques vers la première puis la seconde couronne », résume une récente étude du site MeilleursAgents.com. Dans la petite couronne, qui rassemble les trois départements limitrophes de la capitale (92, 93, 94), le boom du volume des transactions des appartements anciens est significatif, qualifié même d’« historique » par la chambre des notaires de Paris/Île-de-France : + 23 % sur un an ! Ce regain d’achats a dopé le prix de la pierre. En un an, toujours selon les dernières statistiques des notaires, les valeurs s’arrogent + 4,1 %, à 4 440 euros/m2 en moyenne. Cette hausse varie toutefois selon les départements : la valorisation des Hauts-de-Seine atteint + 4,4 % (5 430 euros/m2), elle s’établit à + 3,7 % dans le Val-de-Marne (4 270 euros/m2) et à + 3,3 % en Seine-Saint-Denis (3 240 euros/m2). Mais, sur la base des avant-contrats signés cet été, les notaires prévoient pour ce mois d’octobre un « relâchement des prix » des appartements anciens en petite couronne. Affaire à suivre.

Les villes les plus concernées par la hausse se situent aux portes de Paris. À l’est et au sud, on constate des augmentations à deux chiffres. C’est notamment le cas à Saint-Denis (+ 13,4 %) et à Montreuil (+ 10,5 %), dans la Seine-Saint-Denis, ainsi qu’à Choisy-le-Roi (+ 12,7 %) et à Villejuif (+ 11,8 %), dans le Val-de-Marne. On relève aussi des variations notables dans ce même département à Charenton-le-Pont (+ 9,7 %) et à Vincennes (+ 6,9 %). « En raison des taux d’intérêt encore bas, nous voyons beaucoup de locataires parisiens des 11e, 12e et 15e arrondissements qui passent le périphérique et achètent leur première résidence principale à Montreuil. Lorsqu’on quitte Paris, on peut gagner 30 à 40 % de surface pour un budget équivalent à celui de la capitale », remarque Larbi Belaychi, de l’agence locale Guy Hoquet. Le « bas Montreuil » continue d’être le secteur le plus cher et le plus prisé, avec un mètre carré qui se négocie désormais entre 6 000 et 7 000 euros. En revanche, du côté de la mairie de Montreuil, les valeurs sont moindres, naviguant entre 5 000 et 6 000 euros/m2. Même dynamisme à Romainville (93), qui gagne en attractivité. En 2022, cette commune bénéficiera de l’arrivée de la ligne 11, qui la reliera à Paris. « Inexistants il y a encore six ans, les programmes neufs dans le quartier du futur métro se multiplient. Dans l’ancien, les prix sont en progression et se négocient autour de 5 000 euros/m2 », souligne Anne Desgranges, de l’agence Alexan Immobilier, à Romainville. « Le budget maison des acheteurs, des Romainvillois et des Parisiens venus des 19e et 20e arrondissements, s’est apprécié. Inférieure à 300 000 euros il y a huit ans, l’enveloppe avoisine maintenant 500 000 euros », poursuit-elle.

Source: http://www.lepoint.fr/dossiers/immobilier/special-immobilier/special-immobilier-en-ile-de-france-le-marche-s-emballe-16-10-2017-2164978_452.php



Partager cette page
NEWS DU 16-03-2020
NEWS DU 11-03-2020
NEWS DU 09-03-2020
NEWS DU 06-03-2020
Courtier Immobilier Financement de l'immobilier Interviews Les Foires Promotion immobilière
Interview avec M.Nejib snoussi directeur général de l’Habitat
Interview avec M. SAADAK YOUNES
Interview avec M. Abdel Hamid LAMIRI
Bricolage Lamasat LE MAGAZINE Santé dans l'immobilier Techniques de jardinage
EMISSION 5
EMISSION 4
Emission 3
Le monde de l'architecture Les techniques de construction Musées du monde Villes du monde
L’univers du granite
Musée d’Art moderne
Toulouse la ville rose