France Syndics : l’UFC Que Choisir et l’Arc dénoncent la flambée des tarifs

La grande majorité des gestions de copropriété sont délégués à des syndics. Et ces derniers semblent profiter au maximum de cette habitude, si l’on en croit les résultats de l’enquête de l’UFC-Que Choisir et de l’ARC.

La loi ALUR avait fait naître l’espoir d’un meilleur contrôle tarifaire des syndics. En effet, cette loi, portée par la ministre du Logement d’alors, Cécile Duflot, avait instauré le contrat type pour les syndics, qui définit une rémunération forfaitaire et des « prestations pouvant faire l’objet d’une rémunération en complément du forfait« , selon le décret d’application publié fin mars 2015, soit un an après la promulgation de la loi.

Echec total : les tarifs des syndics « ont explosé »

Le contrat type est entré en vigueur pour tous les contrats signés à partir du 1er juillet 2015 et près de deux ans plus tard, le verdict est sans appel : les tarifs des syndics n’ont cessé d’augmenter. C’est le principal enseignement que l’on peut tirer de l’enquête réalisée par l’UFC-Que Choisir et l’ARC sur les tarifs proposés par les syndics en 2017. Se fondant sur les 5 principaux syndics, couvrant à eux seuls près de 70% du marché, l’étude met donc en lumière des évolutions tarifaires toujours très défavorables aux propriétaires.

Source : la tribune



Partager cette page
LE JOURNAL DU 03-02-2020
LE JOURNAL DU 27-01-2020
LE JOURNAL 20-01-2020
LE JOURNAL 06-01-2020
Courtier Immobilier Financement de l'immobilier Interviews Les Foires Promotion immobilière
Interview avec M.Nejib snoussi directeur général de l’Habitat
Interview avec M. SAADAK YOUNES
Interview avec M. Abdel Hamid LAMIRI
Bricolage Lamasat LE MAGAZINE Santé dans l'immobilier Techniques de jardinage
EMISSION 4
Emission 3
Emission 2
Le monde de l'architecture Les techniques de construction Musées du monde Villes du monde
L’univers du granite
Musée d’Art moderne
Toulouse la ville rose