France: le pouvoir d’achat en secteur d’immobilier est en baisse

En juillet 2018, les données du baromètre mensuel de MeilleursAgents sur le marché immobilier résidentiel dans toute la France démontrent une dégradation progressive du pouvoir d’achat immobilier des Français. Analyse des chiffres.

 Des taux bas, des prix hauts

Le premier semestre 2018 poursuit la tendance déjà remarquée en 2017 : les taux du crédit immobilier se maintiennent entre 1,12 et 1,65% sur 20 ans d’après le baromètre Empruntis de juillet. Un taux qui porte toujours la demande à un haut niveau alors même que les biens à vendre alimentent de moins en moins le marché. Un constat qui explique la hausse légère et progressive des prix. La moyenne française s’établit à +0,9% de hausse sur le semestre. Un chiffre qui monte à +3% à Paris. En deux ans, le délai de vente médian (DVM) a diminué à Paris et dans les 10 plus grandes villes de France, signe du dynamisme du marché. La crainte de l’érosion se situe à moyen terme.

 Marché immobilier : les chiffres de Paris et des grandes villes

Le baromètre de MeilleursAgents apporte des précisions géolocalisées. A Paris, les prix ont augmenté de +0,3 % sur le mois de juin, ce qui porte la hausse à +3,1% sur un an. En Ile-de-France, les évolutions sur 12 mois sont moins notables, à l’exception des Hauts-de-Seine à +2,4% ou de la Seine-et-Marne qui enregistre la seule baisse à -0,4%. Dans les 10 plus grandes villes de France, les variations depuis un an s’échelonnent entre +0,6% à Strasbourg pour monter jusqu’à +8,9% de hausse des prix immobiliers pour Lyon. Bordeaux et Rennes se démarquent aussi avec respectivement +6,2% et +6,9%. MeilleursAgents présente également l’Indicateur de tension immobilière (ITI) pour chacune de ces villes : il oscille entre 0,8 acheteur pour 1 vendeur à Marseille et 1,8 à Nantes. Enfin, le Taux de décote moyen (TDM), également révélateur de la santé du marché, a baissé dans toutes les villes, hormis Nantes et Montpellier. Tous ces éléments montrent que le marché se tend petit à petit. Les relations entre l’Europe et les Etats-Unis laissent craindre aussi une inversion de la situation.

 Les vendeurs en position de force

Alors qu’une hausse était attendue dès début 2017, les taux immobiliers 2018 se sont maintenus, voire ont légèrement fléchi, à des niveaux très bas jusqu’à la fin du premier semestre. Mais malgré cela, le constat est amer : la capacité financière des acheteurs diminue pourtant à cause de la hausse des prix qui ne permet pas d’augmenter le pouvoir d’achat immobilier.

source : empruntis.com/



Partager cette page
LE JOURNAL 08-10-2018
LE JOURNAL 01-10-2018
LE JOURNAL 24-09-2018
LE JOURNAL 17-09-2018
Courtier Immobilier Financement de l'immobilier Interviews Promotion immobilière
Participation du « Tunisie immobilier » au salon Masken Expo juin 2018 à Nice-Acropolis
INTERVIEW AKFIX SALON DE CARTHAGE 2018
PARTICIPATION DE TUNISIE IMMOBILIER AU SALON MASKEN EXPO 2018
Bricolage Lamasat Santé dans l'immobilier Techniques de jardinage
Comment préparer et semer son gazon ?
Comment protéger contre un choc électrique?
Emission 28:Poser des galets sur le mur et le sol?
Le monde de l'architecture Les techniques de construction Musées du monde Villes du monde
L’univers du granite
Musée d’Art moderne
Toulouse la ville rose