Il peut constituer une solution à la crise du logement en Algérie

Le marché de la location d’appartements ou de villas est confronté ainsi à plusieurs écueils ayant trait à une disponibilité insuffisante des offres, une intervention incontrôlée d’innombrables acteurs et surtout à une hausse considérable de la demande.

Tous les observateurs très au fait du secteur de l’habitat s’accordent à dire que la location de biens à usage d’habitation peut constituer une alternative efficace à même d’atténuer un tant soit peu la crise que vit l’Algérie depuis des décennies.

Or, les turbulences que subit actuellement le marché de l’immobilier sont transmises de la branche de la vente vers celle de la location. Le désordre qui caractérise la vente et l’achat des biens immobiliers s’est transposé vers le marché locatif.

Ce dernier obéit, comme tout marché, à la loi de l’offre et de la demande. “L’acquisition d’un logement, d’une villa ou de toute autre bien à usage d’habitation étant de plus en plus inaccessible, le citoyen se rabat inéluctablement sur la location. Ce qui crée forcément une forte demande à l’origine de la hausse constante des prix de la location en Algérie”, explique l’expert, Abderrahmane Benyamina. Ce spécialiste déplore l’anarchie qui continue de régner en maître sur le marché locatif. “Les acteurs ne maîtrisent pas encore les mécanismes des transactions immobilières. L’on ne sait pas vendre et l’on ne sait pas acheter”, constate M. Benyamina.

Plus explicite, ce consultant évoque les anomalies qui marquent l’acte de vendre ou d’achat d’un bien immobilier qui se répercutent sur le marché de la location. “Quand on achète une villa sans permis de construire, cela engendre toutes les irrégularités liées à la conformité de ce bien. À cela, il y a lieu d’ajouter toutes les conséquences de la moins-value reçue”, indique-t-il. Ce qui provoque, par conséquent, des incohérences et des manquements à la réglementation qui régit l’activité de la location. Le marché de la location d’appartements ou de villas est confronté ainsi à plusieurs écueils ayant trait à une disponibilité insuffisante des offres, une intervention incontrôlée d’innombrables acteurs et surtout à une hausse considérable de la demande. L’on a dénombré en 2016 quelque 400 000 demandeurs de location pour 100 000 logements sociaux livrés par an, soit un déficit de 300 000 demandes/an. L’on doit ajouter aussi la formule location-vente de l’AADL qui a enregistré plus de 700 000 demandes.

Source: http://www.algerie360.com/algerie/nation/il-peut-constituer-une-solution-a-la-crise-du-logement-en-algerie-le-marche-locatif-une-alternative-negligee-2/



Partager cette page
NEWS DU 16-03-2020
NEWS DU 11-03-2020
NEWS DU 09-03-2020
NEWS DU 06-03-2020
Courtier Immobilier Financement de l'immobilier Interviews Les Foires Promotion immobilière
Interview avec M.Nejib snoussi directeur général de l’Habitat
Interview avec M. SAADAK YOUNES
Interview avec M. Abdel Hamid LAMIRI
Bricolage Lamasat LE MAGAZINE Santé dans l'immobilier Techniques de jardinage
EMISSION 5
EMISSION 4
Emission 3
Le monde de l'architecture Les techniques de construction Musées du monde Villes du monde
L’univers du granite
Musée d’Art moderne
Toulouse la ville rose